Non, on n’injecte pas d’eau et de phosphates dans le cabillaud vendu en France !

Dimanche dernier, nouvel avatar du foodbashing, un reportage de France 5 laissait entendre, à force d’insinuations et d’un montage insidieux, que le cabillaud vendu en France était gonflé à l’eau et aux phosphates.

Les preuves ? des analyses hasardeuses qui suffisent à un scientifique, loin d’être un spécialiste du sujet, pour tirer des conclusions et laisser planer le doute sur le cabillaud que nous consommons.

Ni une, ni deux, France Inter reprenait l’info en simplifiant encore plus le propos suivi de 20Minutes.fr. Les cibles : les industriels qui ne chercheraient qu’à faire du profit en trompant le consommateur et en profitant d’une réglementation laxiste et inefficace…

Une belle histoire, malheureusement la vérité est ailleurs.

L’injection d’eau et de phosphates dans le cabillaud est autorisée par la réglementation européenne à condition d’être dûment mentionnée sur l’étiquette (« filet de cabillaud avec eau ajoutée ») et de nombreux pays y ont toujours recours.

Mais aujourd’hui ces pratiques n’ont plus cours pour le cabillaud vendu en France !

Désireuses de garantir au consommateur des produits loyaux et de qualité, ce sont les entreprises du secteur elles-mêmes qui ont pris l’initiative dès 2010 :

  • De mener, en partenariat avec la DGCCRF, une étude baptisée « Fraud’Filets » pour créer un indicateur fiable de détection des ajouts d’eau dans les filets de poisson. Cette étude a abouti en 2014 à la publication d’une table de valeurs cibles humidité/protéines pour les 8 principales espèces de poissons commercialisées en France dont le cabillaud.
  • De mettre en place un « Observatoire des Fraudes » qui réalise ses propres campagnes de contrôle et centralise en outre les résultats des prélèvements effectués par les opérateurs eux-mêmes (1.600 prélèvements depuis 2014)

Ce dispositif complet démontre que les pratiques d’ajout d’eau et d’additifs dans les filets de cabillaud n’ont plus cours en France et que le consommateur peut en consommer sans aucune crainte qu’il soit frelaté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*